A Punta Bunifazinca

Une récente information remontée par Cédric (Manzoni) qu'il avait trouvé des anciens caseddi sur la rive droite du ravin de Velacu, bien en amont de la cascade de la Frassiccia, vers la confluence Velacu/Carciara (branche Paliri), avait évidemment donné des fourmis dans les jambes à quelques-uns d'entre nous et amorcé l'idée de monter une expédition pour aller voir cela de plus près !
Mais, après plusieurs tentatives début juin avortées pour cause de mauvaise météo ou d'absence de certains volontaires, c'est seulement Mardi 14 juin dernier que nous avons pu concrétiser cette initiative...
Carte de l'exploration Carciara - Velacu du 14-06-2016 Et c'est une véritable expédition qui s'est montée ce jour-là, puisque nous nous sommes retrouvés à 12 équipiers à 08h30 au rendez-vous du Parc-Aventure !
La carte IGN ci-contre à droite donne le trajet qui a été suivi durant les 8 heures de l'expédition.

On allait bien voir ce qu'on allait voir et les caseddi n'avaient qu'à bien se tenir car il y a longtemps qu'ils n'auraient pas vu autant de monde...

L'approche en voiture

Le premier pont détruit sur le sentier/piste de Figa Bona Première découverte pour les participants : l'approche en 4x4 s'est avérée beaucoup plus avancée que d'habitude puisque les récents travaux de certains chasseurs ont restauré une partie de la piste qui monte en rive gauche de la Figa Bona et évitent une bonne partie qui se faisait à pied antérieurement (aller-retour). En particulier, vous éviterez dorénavant la pittoresque escalade du parapet du petit pont détruit au-dessus du gros tuyau métallique qui égayait les marches d'approche d'antan...
Nous nous garons peu après l'embranchement avec le pont détruit sur la Figa Bona et démarrons la marche vers 09h05.

La montée à la brèche du Carciara d'Aragali

La première partie du parcours se déroule sur l'ancienne piste reprise par le maquis. C'est une sente étroite et pas encore démaquisée cette année qui a laissé de nombreuses empreintes de lacérations (les ronces !) aux bras et jambes de nos vaillants randonneurs. Cela ne nous empêche pas d'avancer et d'atteindre "l'aire de pique-nique" des chasseurs vers 09h30.

Aire de pique-nique de Figa Bona : Michel, Marc, Olivier, Marie-Jeanne, ...
Aire de pique-nique de Figa Bona : Martine, Jacques, Gérard, Claude cachant Michel, Jean-Jo

Au-delà, on remonte le sentier, toujours en rive gauche de la Figa Bona, jusqu'à la fin de la première pente raide où nous le quittons pour descendre rejoindre le lit du ruisseau et continuer le long de l'eau. Ensuite, il suffit d'enchaîner traversées du torrent, belles vasques à la confluence avec le Peralzone, remontée du bas du ruisseau de Pinu Neru pour retrouver l'ancien chemin d'exploitation, démaquisé jusqu'à la brèche, qui permet d'arriver "facilement" à l'entrée de la brèche du "Carciara d'Aragali" et ses murailles de plus de 100m de hauteur...

Vasques du Peralzone : la magnifique vasque circulaire
Vasques du Peralzone : le reste de la troupe
Arrivée du chemin d'exploitation à la brèche du Carciara d'Aragali

Visite de la brèche

La traversée de la brèche est un grand moment !
Brèche du Carciara d'Aragali : le magnifique chemin d'exploitation (dallé ?) Cela commence par une traversée du ruisseau, sans doute à l'endroit où se trouvait l'ancien pont du chemin, avec déchaussage quasi-obligatoire et remontée pieds nus d'une dalle lisse et glissante.

On retrouve un peu plus loin, après une petite escalade rocheuse, l'ancien chemin, en rive gauche cette fois, et on le suit tout le long des murailles qui nous surplombent : un travail titanesque que ce chemin, construit avec des soutènements monumentaux dans un ravin chaotique, étroit, encombré de blocs rocheux titanesques et de végétation arbousiesque ! Même dans son état actuel, il permet une traversée beaucoup plus confortable de la brèche jusqu'à sa sortie marquée par la rencontre avec des rouleaux de gros câbles métalliques, vestiges du téléphérique qui servait à débarder bois et charbon dans l'ancien temps.

Traversée du Carciara : il faut se déchausser !
Brèche du Carciara d'Aragali : on retrouve l'ancien chemin d'exploitation
La brèche et sa muraille RD
Muraille RD de la brèche du Carciara d'Aragali
Brèche du Carciara d'Aragali : sur l'ancien chemin d'exploitation
Muraille RD de la brèche du Carciara d'Aragali
Brèche du Carciara d'Aragali : pause sur l'ancien chemin d'exploitation
Traversée de la brèche du Carciara : les vestiges de câbles métalliques du téléphérique

Remontée du Carciara

Nous remontons ensuite pendant 35mn le ruisseau en amont de la brèche. Très vite, on croise une belle vasque au bord de laquelle on retrouve encore le vieux chemin d'exploitation, mais cette fois-ci en rive droite. Le suivre permet de contempler de beaux soutènements et de découvrir des vestiges d'anciennes carbonare qui le surplombent.

Arrivés en vue d'un rétrécissement rocheux du ravin, il est temps de faire la pause pour déjeuner : il est 11h45...

En amont de la brèche : on retrouve l'ancien chemin d'exploitation en RD
En amont de la brèche, on suit l'ancien chemin d'exploitation en RD
En amont de la brèche : carbonara au-dessus de l'ancien chemin d'exploitation en RD
En amont de la brèche : soutènements de l'ancien chemin d'exploitation en RD

Déjeuner dans le Carciara

Gérard et ses lunettes ! Une petite demi-heure de pause-déjeuner pendant laquelle certains en profitent pour absorber boissons alcoolisées variées (vin rosé corse, vin du Jura...) et mets abondants diversifiés (charcuterie, pissaladières, melons, frappe, ...). La digestion est aidée par le fou rire provoqué involontairement par Gérard à qui Jean-Jo fait opportunément remarquer qu'il a perdu ses lunettes dont il ne reste plus que les branches attachées autour de son cou... mais sans les verres !!

En amont de la brèche : arrivée vers le site du déjeuner
Peu avant la cascade de la Frassiccia : pause-déjeuner pour tout le monde
Peu avant la cascade de la Frassiccia : pause-déjeuner pour tout le monde sauf Gérard qui s'isole
Fou rire provoqué par Gérard et ses lunettes

Remontée à la confluence Frassiccia/Carciara

Re-démarrage à 12h15, mais pour une partie du groupe seulement, quelques-uns d'entre nous préférant en rester là pour la partie aller (déjà plus de 2h de marche) en gardant quelques forces pour le retour. C'est donc à six que nous allons continuer l'exploration du Carciara en nous dirigeant vers la confluence Frassiccia/Carciara qui doit être assez proche.
Une belle double vasque-cascade à franchir nous propose un petit pas d'escalade humidifié par l'eau du ruisseau.
Voir ci-contre la deuxième partie de la vidéo qui en montre le passage pour certains d'entre nous...

 

Nous atteignons ainsi la confluence une douzaine de minutes plus tard et pouvons admirer la belle cascade de la Frassiccia qui marque le bas de ce ravin qui descend depuis Bocca di Fumicosa et la Punta di Ferru à la fin de la Crête des terrasses de Bavedda. Nouvelle surprise : des soutènements de 2m de haut visibles en rive gauche de la Frassiccia marquent un autre tronçon du chemin d'exploitation. Personnellement, je suis passé plus d'une demi-douzaine de fois à cette confluence sans les voir : ce qui donne une bonne idée de mes dons d'observation, mais il est vrai aussi que je ne cherchais pas des vestiges de patrimoine dans mes parcours précédents !
Du coup, nous passons un petit bout de temps à explorer ce chemin sans rien trouver de notable, toutes les voies se perdant dans le maquis...

Remontée du Carciara : les vasques-cascades avant la cascade de la Frassiccia
La cascade à franchir avant celle de la Frassiccia
Confluence Frassiccia/Carciara : la cascade de la Frassiccia
Confluence Frassiccia/Carciara : à nouveau les soutènements de l'ancien chemin d'exploitation

Remontée à la confluence Velacu/Carciara

Remontée du Carciara : restes de câble métallique On se retrouve ensuite tous les six à continuer la remontée du Carciara par la branche de droite après la cascade. A nouveau des restes de câbles métalliques, peu après la confluence, qui montrent que le téléphérique a servi jusque dans ce lointain ravin ! Quel ouvrage ! D'autres découvertes le long de la rive droite : une belle carbonara, un abri sous roche, ... Puis, à 12h55, c'est une nouvelle confluence avec le Velacu venant de la gauche et le Carciara descendant de Paliri à droite.

Remontée du Carciara : restes de câble métallique
Une carbonara en RD du Carciara
A sapara le long du Carciara
Le Velacu à la confluence Velacu/Carciara

Aller-retour d'exploration dans le Velacu

Arrivée du chemin à la confluence Velacu/Carciara (branche Paliri) : extrémité d'un pont ? Là, c'est un peu paumatoire et chacun se met à chercher les caseddi dans son coin. Un groupe avec Michel, Jean-Jo et moi-même monte en rive droite du Velacu pendant que l'autre groupe cherche autour de la confluence. A trois de front, nous remontons dans le sous-bois de la rive droite du ruisseau sur environ 600m de distance et en escaladant plus de 130m de dénivelé. Nous nous échinons en vain à découvrir les caseddi. Par contre, nous tombons sans cesse sur de nouveaux éléments oubliés de patrimoine : soutènements à l'arrivée du chemin au Velacu évoquant le départ d'un pont (?), nouvelles carbonare et, surtout, de nombreux vestiges de chemins bordés de murets qui remontent ce versant sur toute sa longueur. Complètement fadas, les ancêtres corses qui ont réalisé de tels travaux d'Hercule dans ces coins sauvages et inhospitaliers ! Du coup l'un d'entre nous se met à dire que s'il entend encore quelqu'un parler de la fainéantise des Corses, il les emmènerait par ici...
Arrivés au-dessus de 770m d'altitude, nous trouvons un beau piton rocheux panoramique qui nous permet de jeter un oeil sur la cascade finale de l'effrayant ravin qui arrive du "Tafonu di u Cumpuleddu" (ex-"Trou de la Bombe") et sur celui, bien plus débonnaire, qui provient de Paliri.
Enervés de ne rien avoir trouvé, nous sommes bien obligés de redescendre à la confluence. Dans la descente, avec Jean-Jo, nous continuons à chercher les caseddi en faisant pas mal de zigzags, tandis que Michel, en tête, descend plus vite que nous. Retour à la confluence Velacu/Carciara à 13h50.

Remontée du Velacu après la confluence Velacu/Carciara : les vestiges de chemins de carbonare
Remontée du Velacu après la confluence Velacu/Carciara : les vestiges de chemins de carbonare
L'arrivée dans le Velacu du haut ravin provenant du Tafonu di u Cumpuleddu (ex-Trou de la Bombe) : belle cascade de 30m
Le vallon du Carciara descendant de Paliri
Redescente du Velacu : encore une carbonara !
Redescente du Velacu : une autoroute que ce vieux chemin de carbonare !
Arrivée du chemin à la confluence Velacu/Carciara : extrémité d'un pont ?
Redescente du Velacu : retour au pont hypothétique (autre extrémité)

Découverte des caseddi

Arrivée du chemin à la confluence Velacu/Carciara (branche Paliri) : extrémité d'un pont ? L'hypothèse d'un pont à cette confluence nous intrigue et nous décidons de traverser le Velacu et d'explorer ce qui prolonge le "pont" de l'autre côté. Deux amorces de chemin y démarrent : Jean-Jo prend celui de gauche tandis que j'explore celui qui part à droite vers le Carciara. 50m plus loin, je tombe sur les deux caseddi recherchés et je préviens Jean-Jo de me rejoindre.
Deux habitations plutôt bien conservées,toutes proches et en rive droite du Carciara (et non en rive droite du Velacu comme on l'avait compris des explications de Cédric !), sur un espace plat de belle surface. L'une d'elle comporte deux pièces et toutes les deux ont des portions de murs quasi complets avec les faîtes qui supportaient la toiture.

RD du Carciara (branche Paliri) : vestiges de deux caseddi imposants
RD du Carciara (branche Paliri) : vestiges de deux caseddi imposants
RD du Carciara (branche Paliri) : vestiges de deux caseddi imposants

Dans notre élan, nous découvrons à nouveau une sorte d'amorce de pont qui devait franchir le Carciara devant les caseddi et rejoindre la rive gauche. RG du Carciara (branche Paliri) : plate-forme de téléphérique le long du ruisseau (?) Sur cette rive, une vaste plate-forme envahie par bruyères et arbousiers et délimitée à sa fin par un grand soutènement. Jean-Jo imagine que cela pouvait être l'un des points d'ancrage du téléphérique installé dans le Carciara (?).
Après cette première boucle, on remet le couvert en décidant d'aller continuer l'exploration de l'autre chemin en rive gauche du Velacu que Jean-Jo avait commencée avant la découverte des caseddi. Une large boucle dans ce versant nous emmène dans un sous-bois de pins assez dégagé de végétation mais où nous ne trouvons rien hormis un mouflon que nous faisons fuir et dont je ne peux apercevoir que l'arrière-train... Il est 14h20 et temps de redescendre !

Redescente et retour au parking

Redescente du Carciara : carbonara en RG La redescente du Carciara s'effectue sans problème, avec encore de nouvelles carbonare trouvées en rive gauche et nous rejoignons nos compagnons avant l'entrée de la brèche vers 15h10.
Poulie de téléphérique trouvée dans le ruisseau de Peralzone Retour de l'ensemble du groupe ensuite par le même chemin qu'à l'aller, hormis la remontée au sentier de Paliri que nous faisons par le Peralzone plutôt que par la sente de la vasque circulaire comme à l'aller. C'est l'occasion pour Jean-Jo de récupérer une poulie du téléphérique, sans doute tombée dans le lit du Peralzone depuis le piton rocheux qui le domine et qui abrite la plate-forme qui supportait les pylônes de direction à son sommet.
Arrivée au parking des 4x4 à 17h20...

Redescente du Carciara : les soutènements en amont de la brèche
Traversée de la brèche du Carciara d'Aragali
Ancien chemin d'exploitation en aval de la brèche : un bel arbousier
Aire de pique-nique du sentier de la Figa Bona : l'équipe toujours vaillante

Conclusion :

Une expédition difficile avec un groupe sympathique d'adhérents de l'association dans un coin de notre massif où le nombre de personnes qui passe par an se compte sur les doigts d'une main !! Et, encore une fois, confirmation que cette haute vallée a abrité il n'y a pas si longtemps une activité incroyablement riche qui a donné lieu à des investissements et des travaux dont les vestiges nous donnent une idée de l'ampleur...
Merci à tous les participants de nous avoir aidés à retrouver tous ces éléments de patrimoine et à les remettre en mémoire : nous allons peut-être pouvoir ouvrir un musée dédié à la vallée du Cavu et aux massifs de Punta Bunfazinca et San Martinu (?). Et bravo aussi à tous pour l'exploit physique que constitue la réalisation de cet itinéraire pas vraiment à la portée du randonneur "lambda"...

Le diaporama complet de l'expédition

Caseddi et patrimoine d'Aragali
Cliquer sur la photo ci-dessus pour visualiser le diaporama Icône Plein Ecran

Caseddi et patrimoine d'Aragali : exploration Carciara/Velacu

La photo aérienne du parcours Carciara/Velacu

Photo aérienne du parcours APB du 14/06/2016 entre la brèche et le ravin du Velacu


Commentaires   

Bilon Dominique
# Bilon Dominique 09-09-2016 09:34
Vue effectivement sur le site Corse sauvage et connaissant la basse vallée du Cavo depuis 30 ans nous avons été tentés l'année dernière par la découverte de cette brèche de Carciara. Nous avons donc laissé notre moto au parking des piscines. (Barrière fermée) et nous sommes partis sur le chemin. En arrivant à la barrière vrillée nous avons regretté de n'avoir pas pu venir jusque là avec notre véhicule pou éviter cette approche assez longue.
Ensuite le chemin était envahi de ronces ( nous n'avion qu'un petit sécateur !) et pas facile à trouver. Nous sommes finalement arrivés tout près de la brèche à l'intersection avec une petite rivière, un peu plus haut que le ravin de Vega Bianca mais nous n'avons pas trouvé le passage pour continuer. Nous avons rebroussé chemin en se promettant de mieux préparer cette randonnée afin de recommencer cet année.
Nous voudrions savoir si vous savez à quelle date le chemin est réouvert (dans le guide la date du 15/09 est mentionnée mais sur place on nous dit plutôt fin septembre, dommage car nous ne serons plus là !).
Avez vous également avec votre coupe- coupe que l'on voit sur les photos,rendu ce chemin plus facile à identifier ?
Merci pour votre aide
Répondre | Répondre en citant | Citer
APB
# APB 10-09-2016 08:29
Citation en provenance du commentaire précédent de Bilon Dominique :
...Nous sommes finalement arrivés tout près de la brèche à l'intersection avec une petite rivière, un peu plus haut que le ravin de Vega Bianca mais nous n'avons pas trouvé le passage pour continuer.

"Une petite rivière plus haut que le ravin de Vega Bianca" ne peut être que le ruisseau de Peralzone où le sentier qui monte à Paliri devient encore plus chaotique. Vous étiez encore assez loin de la brèche, car, à cet endroit, il faut descendre dans le ruisseau de Carciara (en suivant le Peralzone) et remonter le Carciara dans ce ravin jusqu'à la brèche. Soit une bonne heure de marche...
Sur le site "Corse sauvage", la descente dans le Mela/Carciara est d'ailleurs indiquée avant d'arriver au Peralzone, en quittant le sentier à gauche peu après le début de la montée après la traversée de Vega Bianca. "Plusieurs sentes marquées de cairns s'ouvrent à gauche et plongent vers le ruisseau de Mela (417m - 1h20 depuis le parking de Lora)".
Citation en provenance du commentaire précédent de Bilon Dominique :
Nous voudrions savoir si vous savez à quelle date le chemin est réouvert ?.

Malheureusement, les dates d'ouverture de la barrière du parking des Trois Piscines sont vraiment fluctuantes, bien que normalement soumises à un arrêté municipal. En ce moment, il est clair qu'il faut considérer qu'elle est fermée durant la saison estivale juillet - septembre.
Citation en provenance du commentaire précédent de Bilon Dominique :
Avez vous également avec votre coupe- coupe que l'on voit sur les photos,rendu ce chemin plus facile à identifier ?

Ainsi qu'indiqué sur le site "Corse sauvage", l'état des pistes et sentiers locaux est très variable d'une année à l'autre et il faut être prêt à supporter ronces et salsepareilles, même sur les anciennes pistes !
Actuellement en 2016, comme indiqué dans l'article ci-dessus, la piste vers le Peralzone (qui donne suite ensuite au chemin de Paliri) a été reprise au tracto-pelle et est donc large et démaquisée sur une bonne partie. Elle ne redevient sente qu'après la piste annexe partant à droite vers l'aiguille rocheuse à l'W de Punta di Lora. Nous l'avions démaquisée grossièrement deux fois en juin dernier et, quand nous y sommes repassés cette semaine, les ronces avaient déjà repoussé. Mais, pour un randonneur habitué à la Corse, le passage sur cette sente peut se faire sans outil en repoussant quelques ronces à la main ou avec le bâton de randonnée...
Plus généralement, les deux "randonnées" indiquées sur "Corse sauvage" dans cette région (Brèche du Carciara et Paliri par le Haut-Cavu) sont dotées d'un accès délicat au départ (pistes fermées et à l'état aléatoire) et sont réservées à des randonneurs expérimentés et aptes à la marche partielle hors sentiers ou dans des lits de torrents...
Répondre | Répondre en citant | Citer
Bilon Dominique
# Bilon Dominique 18-09-2016 07:22
Bonjour,
Un grand merci pour vos renseignements et merci à Jean José pour ses conseils. Nous sommes partis lundi matin tôt et grâce à vous nous avons cette année atteint la brèche mais nous nous sommes arrêtés au milieu n’ayant pas trouvé le passage après le soutènement du chemin pavé très bien conservé en rive gauche. Magnifique et impressionnant spectacle, et quel travail accompli avec les moyens de l’époque pour construire ce chemin.
La progression a été bien plus rapide que l’année passée sur l’ancienne piste maintenant démaquisée et nous n’avons eu à tailler que quelques ronces. Selon vos recommandations nous sommes descendus en RG du Peralzone, nous avons progressé dans la rivière jusqu’au ruisseau Pino Negro par lequel nous avons retrouvé l’ancien chemin bien marqué et très ouvert.
Au retour nous sommes descendus au delà du Peralzone et avons facilement trouvé la trace qui remonte au sentier.
Cette année en plus des Cartes IGN nous avions un GPS qui nous a permis de suivre notre progression et nous avions prévu machette et sécateur ce qui a rendu l’aventure moins difficile que l’année passée.
Nous n’avons pas encore vu les traces de l’ancien téléphérique mais nous y retournerons.
Encore merci. Cordialement.
Répondre | Répondre en citant | Citer
APB
# APB 20-09-2016 14:16
Bonjour,

Merci pour vos remerciements et encouragements !
Répondre | Répondre en citant | Citer
APB
# APB 03-07-2016 17:33
Commentaire rajouté plus tardivement :

Cet itinéraire est déconseillé aux randonneurs non pratiquants du type d'activité qui est intitulé "ravinisme" sur le site Corse sauvage !!
Voir l'avertissement détaillé en préambule de l'article Caseddi d'Aragali : 2ème visite le 28/06/2016...
Il n'est en aucun cas un parcours de randonnée créé et préconisé par l'association ! 8)
Répondre | Répondre en citant | Citer
APB
# APB 18-06-2016 22:11
Il faut aussi se rappeler que la "Brèche du Carciara d'Aragali" est indiquée sur le site Internet "Corse sauvage" depuis des années dans la catégorie "Randonnée" et que l'on n'y a pas vu plus de monde qu'avant... De même pour les ravins du coin : Finicione, Figa, Lora, Frassiccia, Velacu, ... 8)
Tant que la marche d'approche dépasse une certaine durée (1 à 2h) et qu'elle se déroule en terrain compliqué ou hors sentier, le "randonneur" préfère rester au bistrot ou sur la plage !! :lol:
Répondre | Répondre en citant | Citer
APB
# APB 18-06-2016 22:09
Certains nous reprocheront peut-être de donner trop de détails sur ces sites patrimoniaux qui subsistent dans ces ravins de Carciara, Velacu et Frassiccia ? :-?
Personnellement, je ne vois pas trop comment ces infos pourraient attirer, soit des "hordes de randonneurs" enthousiasmés par les 7/8 heures de marche pour aller voir des "cailloux" envahis de maquis, soit des "archéologues obstinés" qui n'auraient pas assez des multiples sites des Ages de Bornze et du Fer découverts ou à découvrir en Corse pour s'intéresser à l'Age pré-moderne où les Corses essayaient de vivre du bois sur l'île !!
Répondre | Répondre en citant | Citer

Ajouter un Commentaire

Les utilisateurs enregistrés ne font pas le test de Captcha, ont accès aux outils d'insertion liens/images et peuvent modifier/supprimer leurs propres commentaires après publication.